InnuRassemble, une initiative inspirante

Mariant avec ingéniosité les arts de la scène et les matières au programme scolaire, le projet InnuRassemble réussit à briser des tabous, à éliminer des préjugés et à bâtir des ponts entre les jeunes du secondaire de Baie-Comeau et de la communauté innue de Pessamit. Petite histoire d'un succès qui, depuis 2009, ne cesse de prendre de l'ampleur.

Chaque année, avec l’appui du Centre des arts de Baie-Comeau – qui est à l’origine de l’initiative –, l’école secondaire Uashkaikan, la Commission scolaire de l’Estuaire et les partenaires financiers, InnuRassemble organise une semaine d’activités éducatives ancrées dans des repères culturels signifiants pour les jeunes.

Marie-Josée Dion, animatrice à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire, et Johanne Munger, conseillère pédagogique, toutes deux membres du Syndicat des professionnelles et professionnels de la Haute-Côte-Nord (CSQ), pilotent avec enthousiasme l’initiative accompagnées des partenaires et de toutes les enseignantes et tous les enseignants impliqués.

« InnuRassemble permet la réalisation d’activités pédagogiques communes à la Polyvalente des Baies et à l’école secondaire Serge-Bouchard, de Baie-Comeau, et à l’école secondaire Uashkaikan, de Pessamit. Ancrées dans les matières du programme de formation de l’école québécoise, ces activités permettent aux jeunes de développer une compréhension et une connaissance culturelle différentes, de créer des liens ainsi que de s’ouvrir à une autre culture », explique Johanne Munger.

Une partie de l’originalité de ce projet, c’est d’avoir obtenu l’engagement et la présence d’artistes, tels Samian, Chloé Sainte-Marie, mais aussi des écrivains Biz et Bryan Perro, de musiciens comme Michel Bordeleau et le groupe Radio Radio ainsi que d’auteurs innus, tels que Jean-Louis Fontaine. Quant à sa pérennité, elle est assurée par l’engagement soutenu des enseignantes et enseignants.

Au fil des années, les jeunes ont composé une chanson intitulée Parle-moi, créé des pochettes de disques avec des mandalas capteurs de rêve et réalisé un calendrier français/innu avec leurs photographies. À cela s’ajoutent des soupers interculturels, la création d’une pièce de théâtre et d’un clip vidéo, des ateliers de danse et de technique de scène, un spectacle annuel et un recueil de contes et légendes inédits publié chez Perro Éditeur.

« La première année, notre objectif était que les jeunes soient capables d’être ensemble et de se respecter. Cette année, ils ont collaboré à l’écriture d’un conte, ce n’est pas rien! Ces moments leur ont permis d’apprendre à se connaître, à se respecter et à s’apprécier », poursuit-elle.

Et ce n’est pas terminé : en 2016-2017, la semaine InnuRassemble sera consacrée à l’histoire et à la géographie de la Côte-Nord avec l’anthropologue Serge Bouchard et les musiciens Florent Vollant et Shauit.

Marie-Josée Dion et Johanne Munger sont formelles : ce projet est porteur d’égalité des chances, de persévérance et de motivation pour les jeunes de Baie-Comeau et de Pessamit. Conscientes que les communautés autochtones n’ont pas accès aux mêmes ressources professionnelles, elles soulignent combien ce maillage permet aux jeunes d’aller plus loin dans leur cheminement scolaire.

« L’école Uashkaikan étant plus petite, nous ciblons tous les niveaux scolaires. Les élèves attendent avec beaucoup d’anticipation, année après année, le retour d’InnuRassemble. Ils ont hâte de participer à nouveau. Ils s’intéressent à la culture québécoise et ils constatent qu’on s’intéresse aussi à la leur et à ce qu’ils font. Cela a un impact très important. Un bel espoir pour ces jeunes : comme quoi l’égalité des chances, c’est possible si seulement on y met tous les moyens », conclut Marie-Josée Dion.

InnuRassemble maintes fois primé

Prix RIDEAU du Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis (2009-2010) ● Grand prix national Essor, bourse de 10 000 $ du ministère de l’Éducation et de BMO Groupe financier (2010-2011) ● Prix d’excellence de la Fédération des commissions scolaires du Québec (2011-2012) ● Prix Ken Spencer de l’Association canadienne d’éducation (2014-2015)


Vous aimerez aussi