Une mauvaise « Téléréalité » ?

L’offre croissante de cours en formation à distance au collégial est impressionnante, tout comme les effets de ses nouveaux modèles sur les conditions d’enseignement et d’apprentissage.

Des cours par correspondance postale à la formation en ligne ouverte à tous, en passant par la possibilité de terminer son secondaire sur une tablette (ChallengeU), la formation à distance n’a jamais été aussi variée.

Au collégial, c’est la formation à distance synchrone qui occupe une place importante, notamment dans les cégeps en région. Les étudiantes et étudiants, réunis dans des lieux différents, suivent leur cours en direct.

Au cégep de la Gaspésie et des Îles, par exemple, le programme en soins infirmiers est offert simultanément à Gaspé, aux Îles-de-la-Madeleine, à Carleton et à Chandler, alors que les cégeps de Matane et de Rivière-du-Loup offrent des cours conjoints dans le programme Arts, lettres et communication.

Des contraintes importantes

« Ce type d’enseignement nécessite de nombreuses adaptations. En plus du soutien technique, il faut modifier les pratiques pédagogiques, la gestion de classe et l’organisation des évaluations lorsque le groupe est divisé dans trois ou quatre établissements! », explique Yves Daniel Garnier1.

Il précise que les directions de cégep sous-estiment, trop souvent, l’investissement en argent et en temps nécessaire. L’achat de matériel et de logiciels, la mobilisation de plusieurs catégories de personnel, et la charge supplémentaire de travail liée à la préparation et à la prestation des cours ainsi qu’à la correction font partie des contraintes à prendre en considération. À cela s’ajoutent les enjeux de la motivation et de la réussite des étudiants ainsi que l’application des conventions collectives, lorsque deux établissements sont concernés.

Pour toutes ces raisons, le développement de ce type de formation doit être mieux encadré. « Devant cette rapide évolution, notre fédération a entrepris la mise à jour du portrait des pratiques, en plus d’élaborer des balises que nous souhaitons voir appliquer dans tous les établissements – incluant le perfectionnement, la consultation et le soutien – et de réclamer un financement adéquat lorsque des projets sont implantés », conclut Yves Daniel Garnier.

Des statistiques révélatrices

Les inscriptions à Cégep à distance ont progressé de 65 % entre 1995 et 2015. Cette hausse atteint 455 % dans les commissions scolaires et 220 % dans les universités2.


1 Yves Daniel Garnier est vice-président de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ) et enseignant au Cégep de la Gaspésie et des Îles.
2 CLOUTIER, Patricia (2017). « Cours à distance inspirés des jeux vidéo », Le Soleil, [En ligne], (22 janvier).
3 Judes Côté est président du Syndicat des enseignants et enseignantes du Cégep de Matane. Photo prise lors d’un cours du programme de Techniques d’aménagement et d’urbanisme offert en formation à distance au cégep de Matane.


Vous aimerez aussi