Formation générale des adultes « Un secteur à mettre en valeur! »

Plus de 15 % des diplômes et des qualifications de la formation générale au secondaire sont obtenus à la formation générale des adultes. Pourtant, ce secteur demeure méconnu.

Très peu de gens connaissent notre réalité et savent ce que l’on fait, chaque jour, auprès des jeunes. Tout le monde, y compris le ministre Proulx, aurait avantage à visiter un centre d’éducation des adultes pour réaliser qu’il s’y passe de très belles choses, qu’il s’y vit de grandes réussites, explique Nathalie-Patricia Bélanger1.

Des difficultés à reconnaitre

Près de 200 000 élèves fréquentent la formation générale des adultes (FGA), dans environ 200 établissements. La vaste majorité d’entre eux éprouvent des difficultés scolaires, psychosociales ou familiales. La plupart ont été reconnus handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage au secteur des jeunes.

Selon Jean-François Touzin2, il est essentiel de sensibiliser les décideurs à cette réalité. « On reconnait les difficultés des élèves au secteur des jeunes, mais quand ils arrivent à la FGA, c’est une autre histoire. TDAH? Autisme? Tout ça n’existe plus. Dans nos classes, on pleure avec eux, on rit avec eux. On veut vraiment les aider, mais on ne peut pas tout faire. On a besoin d’aide. »

Des victoires quotidiennes

« On réussit à aider des gens qui ont vécu plusieurs échecs et qui ont l’impression d’avoir été abandonnés par le système. On travaille fort avec eux et ils réussissent. Plusieurs poursuivent de belles carrières! C’est ma fierté, tous les matins, de travailler à changer leur vie », ajoute-t-il.

« Je crois que les enseignantes et les enseignants à la FGA réalisent des miracles à l’échelle du Québec, avec très peu de ressources, et encore moins de reconnaissance. Or, quand un travail n’est pas connu, il est impossible qu’il soit reconnu. Il est temps de mettre la FGA en valeur pour faire connaitre et reconnaitre tous ces petits miracles que nous vivons au quotidien », conclut Steve Gingras3.


1 Nathalie-Patricia Bélanger est membre du Syndicat de l’enseignement de la région de la Mitis.
2 Jean-François Touzin est membre de l’Association des professeurs de Lignery.
3 Steve Gingras est membre du Syndicat de l’enseignement de Charlevoix.


Vous aimerez aussi