Acceptabilité sociale: sans oui, c’est non!

Depuis une dizaine d’années, l’acceptabilité sociale est au cœur des débats sociaux et politiques entourant les grands projets de
développement, du Plan Nord à Énergie Est, en passant par l’éolien et le gaz de schiste. Mais qu’est-ce que l’acceptabilité sociale, au
juste? S’agit-il d’une nouvelle stratégie pour « fracturer le social afin de mieux l’exploiter »? Que recouvre cette notion un peu
fourre-tout?

Marie-Ève Maillé et Pierre Batellier nous invitent à mieux comprendre les enjeux entourant l’acceptabilité sociale et à réfléchir à
l’importance de l’engagement citoyen dans le contexte des grands projets de développement qui touchent actuellement le territoire
québécois. Parce que, comme le soulignent nos conférenciers, même en ce qui concerne le territoire, sans oui, c’est non…

Les conférenciers:

Marie-Ève Maillé est spécialisée en communication environnementale et dans l’évaluation des impacts sociaux des grands projets et professeure associée au CINBIOSE (Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l’environnement) de l’UQAM. S’appuyant sur un parcours reconnu en recherche, en enseignement et en communication, Marie-Ève Maillé a développé une expertise reconnue en renforcement de la capacité d’agir des collectivités engagées lors du développement de grands projets sur leur territoire.

Pierre Batellier est diplômé de HEC Montréal, de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Son parcours l’a amené à explorer la mobilisation des citoyennes et citoyens autour du gaz de schiste au Québec, alors que ses recherches doctorales à l’UQAM portent sur le rôle du gouvernement dans l’acceptabilité sociale des grands projets de développement économique, notamment celui du secteur minier et de la filière du gaz de schiste au Québec. Pierre Batellier est coordonnateur du développement durable et chargé de cours en responsabilité sociale de l’entreprise à HEC Montréal.


Vous aimerez aussi