La gouvernance américaine pointée du doigt

La CSQ s’est associée à l’American Federation of Teachers (AFT), le 31 octobre dernier, pour dénoncer une gouvernance démocratique déséquilibrée et déplorer qu’en l’espace de peu de temps, le président des États-Unis, Donald Trump, ait suscité une confusion et de l’instabilité dans l’ordre mondial en laissant radicalement de côté le respect de l’État de droit.

La présidente de la CSQ, Louise Chabot, a pris la parole :

« Quand l’AFT nous a approchés à propos de ce projet de résolution, nous avons décidé d’en être les coproposeurs, car nous croyons qu’il est important que les organisations syndicales soient un rempart devant la montée de la droite et de l’extrême droite.

Lorsque Donald Trump a été élu aux États-Unis l’an dernier, nous avons tous retenu notre souffle. Comment était-ce possible? Puis en France, le Front National a obtenu 39 % des voix. Cette droite décomplexée a compris que les syndicats sont le principal rempart contre la montée du populisme de droite, car nous sommes capables de nous organiser et de mettre de l’avant un programme qui défend les intérêts de la majorité de la population.

Dans notre pays, nous ne sommes pas à l’abri de ça. Il y a eu Harper, au Canada. Au Québec, le parti en avance dans les sondages est un parti de droite. »

Louise Chabot a ensuite invité les personnes déléguées au congrès de l’ISP à voter en faveur de ce projet de résolution et à créer un mouvement de résistance qui protège nos droits et nos libertés pour défendre la démocratie.

Cette résolution a été adoptée à l’unanimité par les congressistes de l’ISP. Rappelons que la CSQ participe au congrès de l’ISP, qui a lieu à Genève, du 31 octobre au 3 novembre 2017.


Vous aimerez aussi