La relève à trois

Plonger dans l’univers syndical, plusieurs osent le faire. En fait, la relève est plus dynamique que jamais. Portrait de trois militantes et militants qui amorcent ensemble cette aventure, avec un plaisir contagieux.

Chaque matin, à partir de 5 heures, ce sont près de 1 000 pâtisseries que Josée Ratelle1 s’affaire à préparer avec minutie. Depuis 21 ans, elle agit à titre d’aide générale de cafétéria au Collège Ahuntsic. « Je valorise beaucoup la ponctualité et l’efficacité dans ce que je fais. Et ça dépasse mon propre boulot », affirme-t-elle.

Son plan de travail est situé dans le coin le plus passant des cuisines. « Tout le monde vient me voir et me parler. C’est important pour moi d’être là pour les gens. J’ai une grande sensibilité pour les autres », ajoute-t-elle.

Pas étonnant que Josée Ratelle ait été unanimement élue à titre de représentante du personnel de la cafétéria. Cela dit, elle admet que son implication syndicale récente tient beaucoup à son cheminement personnel.

« Je n’aurais pas été en mesure d’assumer ce rôle il y a quelques années. Avant, je parlais avant d’écouter. J’avais la drive, mais aujourd’hui c’est ma sagesse qui me permet d’intervenir efficacement. »

Josée Ratelle

La découverte d’une passion

David Jutras1 est agent à la prévention et à la sécurité au Collège Ahuntsic depuis neuf ans. « Il a un caractère apaisant », affirme d’emblée sa collègue, Janis Myre. Son approche accueillante et dénuée de préjugés fait de lui une personne estimée par ses collègues et recherchée au cégep. « Je me suis révélé auprès de nombreux intervenants, notamment l’association générale des étudiants, avec laquelle je collabore fréquemment », explique-t-il.

Cette capacité à établir un lien de confiance n’est pas étrangère à sa récente implication syndicale, qui s’appuie sur des valeurs solidement ancrées. « Je suis fier d’être syndiqué. Et je trouve désolant certaines critiques que j’entends parfois. Par mon implication, je tente de casser ces perceptions », expose-t-il.

Élu au poste de conseiller du comité exécutif local, il compte approfondir et développer son engagement syndical, notamment par le biais des études universitaires qu’il a entreprises récemment. « Je suis un mordu! Vous n’avez pas fini de me voir! », lance-t-il avec enthousiasme.

David Jutras

Gravir rapidement les échelons

Janis Myre1 est agente de soutien administratif au Collège Ahuntsic depuis sept ans. Son travail à la comptabilité et à la paie l’amène à interagir avec des fournisseurs externes et plusieurs intervenantes et intervenants du cégep.

« Le service aux usagers, c’est ma principale source de fierté et de motivation. Quand un problème survient, je me mets en mode solution. Et je veux régler le tout vite et bien », dit-elle.

Identifier et régler les problèmes avec détermination, voilà autant de qualités qui expliquent, notamment, pourquoi Janis a rapidement gravi les échelons de son syndicat jusqu’au poste de vice-présidente qu’elle occupe présentement. Mais cela n’a pas toujours été simple. Nouvellement élue vice-présidente, elle a dû temporairement assumer les responsabilités de la présidence.

« Heureusement, j’avais certaines connaissances de la convention collective, en raison de mon travail aux ressources humaines. Tranquillement, j’ai apprivoisé les mandats, j’ai trouvé mes repères. J’apprécie tout particulièrement le fait de pouvoir informer les membres, de leur donner l’heure juste », explique-t-elle.

Janis Myre

Des forces vives

Au-delà de l’expérience croissante qu’ils acquièrent, Josée Ratelle, David Jutras et Janis Myre font partie de ces nouvelles forces vives qui investissent les syndicats, donnent une couleur nouvelle aux approches locales et accèdent à de nouveaux espaces d’engagement au sein de leur centrale syndicale, la CSQ.


1  Josée Ratelle, David Jutras et Janis Myre sont membres du Syndicat du personnel de soutien du Collège d’Ahuntsic (CSQ). En avril dernier, ils comptaient parmi les quelque 80 participantes et participants au camp de la relève syndicale de la CSQ. Les personnes militantes présentes étaient issues des syndicats de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la petite enfance, de la santé et du communautaire.

 


Vous aimerez aussi