Maternelle 4 ans « Mur à Mur » – Le gouvernement fait fausse route

En campagne électorale, la Coalition avenir Québec avait promis, coute que coute, que la maternelle 4 ans serait offerte à tous les enfants. Malgré une forte résistance, le gouvernement a déposé son projet de loi.

La maternelle 4 ans est une mesure éducative et préventive qui demeure toujours pertinente pour les enfants de milieux défavorisés qui ne fréquentent aucun service éducatif, mais son déploiement « mur à mur » n’est pas nécessaire. Avec le temps, le Québec a développé un modèle unique de services éducatifs à la petite enfance qui a fait ses preuves et dont les Québécoises et Québécois sont fiers.

Différents services publics sont maintenant proposés et permettent de répondre aux besoins des enfants de 4 ans et de leur famille : services éducatifs en milieu familial, CPE1, maternelle 4 ans en milieu défavorisé (mi-temps ou temps plein) et programme Passe-Partout2. Qui plus est, ces services reposent sur du personnel compétent ayant à cœur le développement des enfants.

De plus, tant les intervenantes en petite enfance que les enseignantes et enseignants de la maternelle 4 ans à temps plein en milieu défavorisé (TPMD) contribuent à repérer les vulnérabilités dans le développement des enfants. L’argument du gouvernement voulant que la maternelle 4 ans « mur à mur » permettrait de repérer tôt les difficultés des enfants ne tient tout simplement pas la route. 

Miser sur les bonnes priorités

Le gouvernement envisage de consacrer des sommes considérables à son projet de maternelle 4 ans « mur à mur ». À terme, entre 400 à 700 millions de dollars par année pourraient y être dédiés, sans compter les investissements en infrastructures. Au lieu de s’entêter, le gouvernement devrait utiliser les sommes dont il dispose pour renforcer les services existants en misant sur les bonnes priorités.

Parmi celles-ci :

  • Créer des places en quantité suffisante dans le réseau public des services éducatifs à la petite enfance.
  • Embaucher du personnel professionnel et de soutien en nombre suffisant pour repérer les vulnérabilités des enfants et les prendre en charge rapidement.
  • Revoir la taille des groupes de maternelle 4 ans TPMD.
  • Doter les classes de maternelle 4 ans TPMD de ressources physiques et matérielles adaptées aux enfants de cet âge.
  • Assurer une meilleure transition entre la petite enfance et l’école, notamment avec la présence de personnes intervenantes-pivots responsables de coordonner les actions de chaque personne lors de cette étape importante.
  • Renforcer le programme Passe-Partout.

Bref, les priorités ne manquent pas! Malgré cela, le gouvernement s’obstine à aller de l’avant. Au cours des semaines et des mois à venir, la CSQ continuera à dénoncer ce projet de loi, entre autres, lors des consultations en commission parlementaire. Nous serons là pour inciter le gouvernement à miser sur les bonnes priorités.

Petit retour en arrière

La maternelle 4 ans a fait son apparition dans les années 70, alors qu’on prenait pleinement conscience des difficultés d’adaptation sociale et scolaire des enfants issus de milieux défavorisés.

C’est dans ce contexte que les premières classes de maternelle mi-temps ont été mises en place pour ces enfants. Quelques années plus tard, le programme Passe-Partout s’est ajouté pour soutenir les compétences des parents de milieux défavorisés dans l’éducation de leur enfant.

Ces initiatives contribuaient à faire participer l’école à une lutte plus large contre la pauvreté. Par la suite, les services éducatifs à la petite enfance régis et subventionnés ont été mis en place.

En 2013, on constatait que les enfants de 4 ans de milieux défavorisés fréquentaient moins les services éducatifs à la petite enfance, leurs parents ayant moins tendance à recourir à ces services. En réponse à cela : l’instauration de la maternelle 4 ans temps plein pour les enfants de milieux défavorisés afin de compléter l’offre de services éducatifs à la petite enfance déjà existante.


1 Centres de la petite enfance.
2
Le programme Passe-Partout, encadré par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, soutient les familles dans le processus d’entrée à l’école en misant sur le soutien à la compétence parentale.


Vous aimerez aussi