La grande illusion

Le gouvernement souhaite imposer un nouveau mode de financement aux établissements de santé. Un projet insensé qui ne fera qu’alourdir un fardeau administratif déjà trop grand.

Le projet expérimental déposé en catimini à l’été 2019 obligera les 500 installations de santé et de services sociaux visées à établir le cout par usagère ou usager1 pour chacun des services reçus et pour tous les parcours de soins. La ministre Danielle McCann2 compte développer des modèles de comparaison des couts, au sein des établissements et entre ces derniers, afin d’établir les meilleures pratiques à financer.

Les conséquences de la démarche comptable

Malgré ce que le gouvernement laisse sous-entendre, le financement axé sur le patient diminuera, tôt ou tard, la qualité des soins en raison de sa logique de réduction des couts.

« Cette démarche comptable est complètement irréaliste. Vouloir établir le cout précis de chaque service ne pourra jamais rendre compte de la complexité et de la multitude de situations vécues. Pire, cela pourrait occulter de nombreux besoins », affirme Sonia Ethier3.

Un fardeau croissant

« Imposer de nouvelles saisies de données, déjà trop nombreuses et souvent problématiques, est complètement inapproprié. Le gouvernement reconnait pourtant la lourdeur de la tâche du personnel de la santé et la nécessité de revoir certains éléments de l’organisation du travail », ajoute Claire Montour4.

Sortir de la contre-performance

Le gouvernement doit revoir ses priorités et réinvestir dans l’offre de soins et de services directs à la population, plutôt que dans des systèmes d’information de plus en plus onéreux. Invariablement, ceux-ci complexifient davantage la gestion du système de santé et réduisent le temps consacré aux activités cliniques. Voilà le vrai défi que la ministre doit relever.


Pour lire l’avis de la CSQ :

http://www.lacsq.org/fileadmin/user_upload/csq/documents/documentation/avis_memoires/2018-2019/D13329.pdf

1 L’ensemble des couts directs (dépenses de main-d’œuvre, fournitures médicales et chirurgicales, instruments) et indirects (frais administratifs et de soutien) sera considéré.
2 Danielle McCann est ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.
3 Sonia Ethier est présidente de la CSQ.
4 Claire Montour est présidente de la Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ).


Vous aimerez aussi