Non à l’esclavage moderne

Qu’ont en commun les industries de la crevette en Thaïlande, du cacao en Côte d’Ivoire, de la tomate en Chine et en Italie, et des petits fruits au Mexique? La réponse : le travail forcé.

Les aliments qui se retrouvent sur les tablettes de nos supermarchés sont bien souvent issus de l’esclavage moderne. Les travailleuses et travailleurs de ces industries se voient bien souvent contraints à travailler dans des conditions déplorables ou sous le coup de la menace.

Pour une plus grande transparence

Pour contrer le phénomène et forcer les grandes entreprises agroalimentaires à être plus transparentes dans leurs chaines d’approvisionnement, le CISO1 a lancé la campagne « Non à l’esclavage moderne : Le travail forcé, une lutte à finir » afin d’inciter les principaux distributeurs alimentaires du Québec – Provigo (Loblaw), Metro, IGA (Sobeys), Costco et Walmart – à dévoiler les informations relatives à la traçabilité des produits qu’ils vendent et aux actions concrètes mises en place pour le respect des travailleuses et travailleurs. 

11 %
DES PERSONNES ASSUJETTIES AU TRAVAIL FORCÉ

dans le monde le sont dans les industries de l’agriculture et de la pêche3.

Faire sa part

« Nous voulons aussi sensibiliser la population sur le travail forcé et sur les moyens d’agir pour y mettre fin », explique Amélie Nguyen2. Les citoyennes et citoyens peuvent, par exemple, appuyer la campagne en ajoutant leur nom à la liste des signataires de la lettre qui sera envoyée aux distributeurs alimentaires.

En juin 2019, le Canada a ratifié le Protocole 29, relatif à la convention sur le travail forcé de l’Organisation internationale du Travail (OIT). « Nous souhaitons que cette ratification permette un réel changement pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs du monde, et que cela ne soit pas une façade de responsabilité sociale », ajoute Amélie Nguyen.

Pour plus d’informations sur la campagne et pour signer la lettre, consultez le site ciso.qc.ca.


1 La CSQ est membre du Centre international de solidarité ouvrière (CISO).
2 Amélie Nguyen est coordonnatrice du CISO.
3 Centre international de solidarité ouvrière (2019). Non à l’esclavage moderne : le travail forcé dans l’industrie agroalimentaire,  Fiche 2 : L’industrie agroalimentaire, [En ligne], 6 p. [drive.google.com/file/d/1kUfwKmALSku9WtdXmjJ_a3HJc_tFYTKb/view].


Vous aimerez aussi