Le premier maillon de l’éducation

On ne le répètera jamais assez : le réseau des centres de la petite enfance (CPE) et des services éducatifs en milieu familial constitue le premier maillon du réseau de l’éducation au Québec.

Si la récente négociation des responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) a permis de poser des jalons importants pour l’avenir de la profession, on entend encore retentir des préjugés récurrents à l’endroit de ces personnes et des éducatrices en CPE.

Des années après l’implantation du réseau des CPE et des services éducatifs en milieu familial, le mythe de la « gardienne » est encore tenace. Combien de temps faudra-t-il encore pour que le rôle des milliers de femmes qui accompagnent nos enfants chaque jour soit reconnu à sa juste valeur? Et si on considérait enfin la petite enfance comme le premier maillon de l’éducation au Québec?

Unique au monde et reconnu pour sa qualité, le réseau de la petite enfance que l’on connait a pu se bâtir à l’époque grâce à une solide volonté politique d’offrir des services équitables, universels et accessibles pour les tout-petits. L’objectif était aussi clair que le parti pris militant en faveur d’un réseau public robuste : favoriser l’égalité des chances pour chaque enfant. Devant ce parti pris jadis exprimé avec conviction, force est de constater que nous vivons aujourd’hui dans une époque différente. On assiste en effet depuis plusieurs années à des tentatives cousues de fil blanc d’affaiblir notre réseau public de la petite enfance en apportant de fausses solutions à des problèmes inexistants. De gouvernement en gouvernement, on agit comme s’il était dangereux de renforcer et d’accroitre la création de places dans nos CPE et nos milieux familiaux.

Les faits sont heureusement têtus! Les services éducatifs à la petite enfance démontrent au fil des années des niveaux de satisfaction aussi élevés que constants de la part des parents. Et la principale critique qu’on entend de ces derniers (à juste titre!) est le manque de places. Cela s’ajoute aux données probantes démontrant qu’un plus grand accès aux places à contribution réduite permet de favoriser directement l’accès des femmes au marché du travail.

Notre réseau de la petite enfance n’est donc pas qu’enviable, il est aussi rentable!

Solidarité,

 


Vous aimerez aussi