Liberté académique : une commission pour plus de cohésion

Les conséquences de la précarité de certains personnels du milieu universitaire doivent être au centre du débat sur la liberté académique, croit la Fédération de la recherche et de l’enseignement universitaire du Québec (FREUQ-CSQ).

Il y a quelques mois, la question de la liberté académique revenait à l’avant-plan de l’espace médiatique et même dans les échanges à l’Assemblée nationale. Non pas que l’enjeu était nouveau dans le réseau universitaire, mais la médiatisation de récents événements qui y sont associés, notamment la suspension d’une chargée de cours de l’Université d’Ottawa ayant utilisé « le mot en N », ont alimenté, voire exacerbé, certains différends entre des membres des personnels enseignants et de la communauté étudiante.

Alors que le débat en est venu à s’immiscer au centre de toutes les tribunes, le gouvernement du Québec a mis sur pied une commission sur la liberté académique1, dont l’objectif consiste à établir dans quel contexte et à qui s’applique la liberté d’enseignement.

Le principe de la reconnaissance au cœur de l’enjeu

La FREUQ‑CSQ croit en la pertinence de l’exercice de réflexion et de consultation entourant l’enjeu de la liberté académique. Son président, Vincent Beaucher, souligne toutefois l’importance de porter une attention particulière aux personnels en situation de précarité et plus particulièrement aux chargées et chargés de cours, aux personnes chargées d’enseignement et aux responsables de formation pratique.

Il est primordial, selon lui, de partir avant tout du principe de reconnaissance :

  • La reconnaissance de la portée de la liberté académique à l’ensemble des acteurs de la communauté universitaire;
  • La reconnaissance de l’expertise disciplinaire du personnel enseignant non professoral et des professionnelles et professionnels de recherche;
  • La reconnaissance de l’incidence des différents statuts sur la liberté académique et, plus particulièrement, des conséquences de la précarité.

« L’université, comme tout établissement d’enseignement, est un milieu de vie où se côtoient des individus d’âges variés, avec des expériences de vie multiples et des rôles déterminés. Elle doit être accueillante, bienveillante, émancipatrice et inclusive, affirme Vincent Beaucher. Cependant, les établissements universitaires sont aussi des milieux de travail, et leurs gestionnaires exercent des responsabilités envers leurs personnels. Ces établissements, en tant qu’employeurs, doivent ainsi voir au maintien d’environnements où les conditions de travail sont réputées saines et sécuritaires, tant physiquement que psychologiquement. Pour les syndicats affiliés à la Fédération, il s’agit d’un enjeu fondamental. »

Privilégier la collégialité

Vincent Beaucher

Devant la Commission à l’été 2021, l’ensemble des recommandations présentées par la FREUQ-CSQ se sont concentrées autour d’un objectif primordial : se distancier de deux logiques qui lui semblent contreproductives, voire dommageables pour la communauté universitaire, soit la logique punitive et la logique clientéliste.

La Fédération insiste sur l’idée que la « gestion » de la liberté académique doit plutôt privilégier le principe de collégialité, ancré sur des fondements pédagogiques clairs et assumés. C’est pourquoi elle soutient la nécessité de penser la mise sur pied réelle – appuyée par les ressources financières requises – de mécanismes de résolution de litiges constructifs pour l’ensemble de la communauté universitaire et reconnus par tous les acteurs du milieu.

« En tant que communauté, nous avons l’occasion de réfléchir à une application inclusive et émancipatrice du principe de la liberté académique. La visée de ce principe devrait être celle d’une plus grande cohésion entre les différents membres de la communauté universitaire plutôt que celle de réification des camps et des oppositions, trop souvent présentés, à tort, comme irréconciliables », affirme Vincent Beaucher.

Le président croit que des ressources et des outils doivent plutôt être déployés, et qu’un terrain d’entente doit être clairement énoncé et respecté. « Il faut pouvoir se baser sur autre chose que le devoir de loyauté, argument légal surutilisé s’il en est un, et dont le sens est de plus en plus galvaudé. »

Les travaux de la Commission

Composée de trois membres du corps professoral universitaire, d’une étudiante au doctorat, et présidée par Alexandre Cloutier, vice-recteur aux partenariats, aux affaires internationales et autochtones de l’Université du Québec à Chicoutimi, la Commission a tenu des consultations publiques en août 2021 à la suite du dépôt des mémoires en juillet. Plusieurs membres de la communauté universitaire, dont la FREUQ-CSQ, ont déploré l’absence au sein de la Commission d’une personne chargée de cours d’expérience et rattachée, idéalement, à une discipline en sciences sociales.

Les consultations étant terminées, il est prévu que la Commission rende son rapport au cours de l’automne 2021, en vue de l’adoption gouvernementale de ses recommandations à l’hiver 2022, puis d’une implantation des mécanismes d’application dans les universités à l’automne suivant.


1 Commission scientifique et technique indépendante sur la reconnaissance de la liberté académique dans le milieu universitaire.


Vous aimerez aussi